ALAIN

SNYERS

Artiste
<< retour à l'accueil

POEMES VOLONTARISTES

DU CÔTÉ DE CHEZ PROUST / LE MÉLI MELO DE SES TITRES
 
Point de départ :
À la recherche du temps perdu
Du côté de chez Swann (1913)
Sodome et Gomorrhe (1913)
À l’ombre des jeunes filles en fleurs (1918)
Un amour de Swann (1919)
Le côté de Guermantes (1921)
La prisonnière (1923)
Albertine disparue (1925)
Le temps retrouvé (1927)
 
 
 
 
Variation :
 
DU CÔTÉ DE GOMORRHE, ALBERTINE DISPARUT À L’OMBRE DU TEMPS RETROUVÉ
TANDIS QUE LES FLEURS PERDUES DE CHEZ GUERMANTES
RETROUVENT SODOME ET SWANN À L’OMBRE DE L’AMOUR DISPARUT.
 
LES JEUNES FILLES PERDUES SONT À LA RECHERCHE DU TEMPS RETROUVÉ DU CÔTÉ DES FLEURS DE L’OMBRE DE GUERMANTES
ALORS QUE DU CÔTÉ DE GOMORRHE, UN AMOUR RETROUVÉ DISPARUT À L’OMBRE DE SWANN
ET AUSSITÔT LA PRISONNIÈRE DISPARUT À CÔTÉ DES FLEURS DE L’AMOUR
TANDIS QUE SODOME RECHERCHE ALBERTINE DU CÔTÉ DE L’OMBRE DU TEMPS PERDU
ET LES JEUNES FLEURS DE CHEZ ALBERTINE RETROUVENT SWANN ET GOMORRHE.
 
L‘OMBRE DU TEMPS DE SWANN RECHERCHE DES FLEURS PERDUES DU CÔTÉ DE LA PRISONNIÈRE
ET ALBERTINE RECHERCHE LA PRISONNIÈRE DE SWANN DU CÔTÉ DE GUERMANTES ET GOMORRHE.
 
SI SWANN RECHERCHE LE TEMPS DISPARUT À L’OMBRE DE L’AMOUR D’À CÔTÉ
ALBERTINE RECHERCHE ALORS LES FLEURS DES JEUNES FILLES PERDUES
ET GUERMANTES RECHERCHE LES FLEURS DE SWANN À L’OMBRE DE LA PRISONNIÈRE
POUR QUE LES FLEURS PERDUES RECHERCHENT L’OMBRE DU CÔTÉ DU TEMPS DE SWANN.
 
GOMORRHE RETROUVE ENFIN LA PRISONNIÈRE À L’OMBRE EN FLEURS DE SODOME
PENDANT QU’À L’OMBRE DES FLEURS RETROUVÉES, SANS CESSE ALBERTINE RECHERCHE GOMORRHE DU CÔTÉ DE L’AMOUR DE LA PRISONNIÈRE.
 
QUAND L’OMBRE DU TEMPS DISPARUT, LA PRISONNIÈRE RETROUVE LES FLEURS PERDUES
MAIS L’AMOUR DE SWANN DISPARUT AUSSI À L’OMBRE DES JEUNES FILLES PERDUES
ALORS QUE DU CÔTÉ DES FLEURS, GUERMANTES RECHERCHE L’AMOUR DES OMBRES PRISONNIÈRES
POUR QUE LES FLEURS D’À CÔTÉ RETROUVE L’OMBRE DES JEUNES FILLES DISPARUES LE TEMPS DE GOMORRHE.
 
GUERMANTES RETROUVE ENFIN L’AMOUR D’ALBERTINE DU CÔTÉ DE L’OMBRE
TANDIS QUE SWANN DISPARUT VITE CHEZ LA PRISONNIÈRE À L’OMBRE DU TEMPS DE SODOME
PENDANT QU’À CÔTÉ DES FLEURS RETROUVÉES, ALBERTINE RECHERCHE LES JEUNES FILLES DISPARUES.
 
CHEZ SODOME, LES FLEURS RECHERCHENT LE TEMPS DE L’AMOUR DES JEUNES FILLES
TANDIS QUE LA PRISONNIÈRE EN FLEURS RECHERCHE LE TEMPS À CÔTÉ DE L’OMBRE DE GOMORRHE
AFIN QUE LE TEMPS DE SWANN RETROUVE LES FLEURS DES JEUNES FILLES D’À CÔTÉ
AVEC L’AMOUR PERDU DE LA PRISONNIÈRE QUE RECHERCHE ENCORE SWANN À CÔTÉ DES FLEURS DE L’OMBRE
ET DE L’AMOUR DU TEMPS PERDU À L’OMBRE D’ALBERTINE ET DE LA PRISONNIÈRE.
GUERMANTES RECHERCHE AUSSI L’OMBRE DE L’AMOUR DE SODOME
AVANT QUE LE TEMPS D’À CÔTÉ RECHERCHE L’OMBRE DES FLEURS DES JEUNES FILLES PRISONNIÈRES DU CÔTÉ DE CHEZ ALBERTINE.
 
SWANN RETROUVE ENFIN ALBERTINE À CÔTÉ DES FLEURS À L’OMBRE DES JEUNES FILLES PERDUES
QUAND LE CÔTÉ DE L’AMOUR DE SODOME DISPARUT À L’OMBRE DE GUERMANTES,
ALBERTINE RETROUVE ALORS LES FLEURS PERDUES DE LA PRISONNIÈRE.
 
SODOME RECHERCHE L’AMOUR D’ALBERTINE À L’OMBRE DES JEUNES FILLES  PERDUES
SWANN RECHERCHE L’OMBRE D’ALBERTINE À CÔTÉ D’UN AMOUR DE LA PRISONNIÈRE EN FLEURS
TANDIS QUE SODOME EN FLEURS RECHERCHE ALBERTINE À L’OMBRE DE LA PRISONNIÈRE PERDUE
 
LE TEMPS EN FLEURS DISPARUT DU CÔTÉ DE L’OMBRE D’UN AMOUR DE GOMORRHE
ET LES FLEURS RECHERCHENT LE TEMPS D’ALBERTINE DU CÔTÉ DE CHEZ SWANN
AVEC LES JEUNES FILLES DE LA PRISONNIÈRE QUI RETROUVENT LE JEUNE TEMPS PERDU.
 
ALBERTINE RECHERCHE LES FLEURS DES FILLES DE SODOME ET SWANN
TANDIS QUE LA PRISONNIÈRE EN FLEURS RECHERCHE GOMORRHE À L’OMBRE DU TEMPS  DISPARUT.
 
SWANN RETROUVE MAINTENANT UN AMOUR DU CÔTÉ DE L’OMBRE DES JEUNES FLEURS DES FILLES
LAISSANT LA PRISONNIÈRE EN FLEURS RECHERCHER LE TEMPS PERDU À L’OMBRE DE SWANN
AFIN QUE SODOME, GOMORRHE ET ALBERTINE RECHERCHENT L’AMOUR DES FLEURS.
DE SON CÔTÉ, SWANN RECHERCHE L’OMBRE D’ALBERTINE, DE LA PRISONNIÈRE, DE SODOME ET GOMORRHE
ALORS SANS CESSE LES FLEURS RECHERCHENT LES JEUNES FILLES POUR QU’ENFIN
SODOME, GOMORRHE, ALBERTINE, LA PRISONNIÈRE ET SWANN RETROUVENT LE TEMPS PERDU.
 
 
Alain snyers / paris / juillet 2019.
Première lecture publique donnée au cimentière du Père Lachaise le 14 juillet 2019 sur la tombe de marcel Proust.


____________________________________________________________________________________________  

L’APPEL DADA
CABARET DADA, 06 février 2016
 
 
Protocole :
Interpellation (criée) à laquelle le public est invité à répondre OUI ou NON.

 
 
Artistes, êtes-vous là ? oui
Pacifistes, êtes-vous là ?
Poètes, êtes-vous là ?
Amis des arts, êtes-vous là ?
Touristes, êtes-vous là ?
Zurichois, êtes-vous là ?
Voltairiens, êtes-vous là ?
Créateurs, êtes-vous là ?
Provocateurs, êtes-vous là ?
Rénovateurs, êtes-vous là ?
Conspirateurs, êtes-vous là ?
Dénonciateurs, êtes-vous là ?
Débroussailleurs, êtes-vous là ?
Navigateurs, êtes-vous là ?
Spoliateurs, êtes-vous là ?
Liquidateurs, êtes-vous là ?
Imitateurs, êtes-vous là ?
Renifleurs, êtes-vous là ?  oui  - Reniflez tous !
Vaporisateurs, êtes-vous là ?
Rémouleurs, êtes-vous là ?
Déménageurs, êtes-vous là ?
Copulateurs, êtes-vous là ?
Ravitailleurs, êtes-vous là ?
Rouspéteurs, êtes-vous là ?   oui  -  Rouspétez !
Cache-radiateurs, êtes-vous là ?
Retardateurs, êtes-vous là ?
Décapsuleurs, êtes-vous là ?  oui - Décapsulez -vous !
Accumulateurs, êtes-vous là ?
Ensorceleurs, êtes-vous là ?
Ventilateurs, êtes-vous là ?  oui  - Ventilez-vous !
Sanibroyeurs, êtes-vous là ?
Antidouleurs, êtes-vous là ?
Inspirateurs, êtes-vous là ? oui  - Inspirez fortement !
Horodateurs, êtes-vous là ?
Boursicoteurs, êtes-vous là ?
Quadrimoteurs, êtes-vous là ?  oui  - On doit vous entendre, les quadrimoteurs !
Ambassadeurs, êtes-vous là ?
Aspirateurs, êtes-vous là ?  oui  - Aspirez !
Acuponcteurs, êtes-vous là ?
Bonimenteurs, êtes-vous là ?
Tripoteurs, êtes-vous là ?  oui  - Tripotez votre voisin !
Manipulateurs, êtes-vous là ?
Camionneurs, êtes-vous là ?
Postillonneurs, êtes-vous là ?  oui   - Postillonnez !
Perturbateurs, êtes-vous là ?
Blagueurs, êtes-vous là ?
Pleurnicheurs, êtes-vous là ?  oui  -  Pleurnichez !
Spectateurs, êtes-vous là ?
Emmerdeurs, êtes-vous là ?
Dadaïstes, êtes-vous là ?
 
(2016)
 
__________________________________________________________________________________________  
Guillaume Apollinaire, poèmes à Lou
 
Mon très cher petit Lou, je t'aime
 
 
 
Protocole :
Poème corrigé selon la contrainte oulipienne de substituer les substantifs et une partie des adjectifs par d’autres de la même catégorie trouvés plus bas alphabétiquement dans un dictionnaire (dictionnaire Larousse).
 
 
 
 
 

 
POÈME ORIGINAL
 
POÈME CORRIGÉ
 
Mon très cher petit Lou,
Je t’aime,
Ma chère petite étoile palpitante,
Je t’aime,
Corps délicieusement élastique,
Je t’aime,
Vulve qui serre comme un casse-noisettes,
Je t’aime,
Sein gauche si rose et si insolent,
Je t’aime,
Sein droit si tendrement rosé,
Je t’aime,
Mamelon droit couleur de champagne
non champagnisé,
je t’aime,
Mamelon gauche semblable à une bosse du front d’un petit veau  qui vient de naître,
je t’aime,
Nymphes hypertrophiées par tes attouchements fréquents
je vous aime
Fesses exquisément agiles qui se rejettent
bien en arrière
je vous aime
Nombril semblable à une lune creuse
et sombre,
Je t’aime,
Toison claire comme une forêt en hiver
je t’aime,
Aisselles duvetées
comme un cygne naissant,
je vous aime,
Chute des épaules adorablement pure,
je t’aime,
Cuisse au galbe aussi esthétique qu’une
colonne de temple antique
je t’aime,
Oreilles ourlées comme de petits bijoux mexicains,
je vous aime,
Chevelure trempée
dans le sang des amours,
je t’aime,
Pieds savants, pieds qui se raidissent,
je vous aime,
Reins chevaucheurs, reins puissants
je vous aime
Taille qui n’a jamais connu le corset taille souple je t’aime
Dos merveilleusement fait et qui s’est
courbé pour moi,
Je t’aime,
Bouche ô mes délices, ô mon nectar,
je t’aime,
Regard unique, regard-étoile
je t’aime
Mains dont j’adore les mouvements
je vous aime
Nez singulièrement aristocratique
je t’aime
Démarche onduleuse et dansante
 je t’aime
Ô petit Lou,
je t’aime je t’aime je t’aime.
 
 
Mon très cher petit Lou,
Je t’aime,
Ma chère petite estouffade paludéenne,
Je t’aime,
Corpulence délicieusement électorale,
Je t’aime,
Vumètre qui serre comme un casse-pieds,
Je t’aime,
Séisme gaulois si rosse et si insoluble,
Je t’aime,
Séisme drôle si tendrement rossé,
Je t’aime,
Mammifère drôle couleur de champignon
non champignonné,
Je t’aime,
Mammifère gaulois semblable à une botte du
frottage d’un petit vecteur qui vient de naître,
Je t’aime,
Nymphomanes hypertrophiées par tes attrape-mouches frétillants,
Je vous aime,
Festivités exquisément agitées qui se rejettent bien en arrière,
Je vous peine,
Nominaliste semblable à une lunette crevée
et sommaire,
Je t’aime,
Tolérance claire comme une forfaiture en hiver,
Je t’alerte,
Ajusteuses dynamiques
comme un cylindre naissant,
Je vous aime,
Cicatrice des épaves adorablement purgée,
je t’aliène,
Culasse au galet aussi estimable qu’une coloquinte de temporisateur antique,
je t’ajoure,
Orfèvreries outillées comme de petits bilboquets mezzo-sopranos,
Je vous règne,
Chevillette trempée
dans le sanglot des ampélopsis,
Je t’ajourne,
Pièges savonnés, pièges qui se raillent,
Je vous sème,
Rejets chevelus, rejets pulmonaires,
je vous aime,
Taloche qui n’a jamais connu le cortège,
Je t’aligne,
Dossard merveilleusement fait et qui s’est couché pour moi,
Je t’ajuste,
Bouche-trou ô mes délires, ô mon négligé,
Je t’alimente,
Renégat unique, régent étonnant,
je t’alterne,
Maîtresse dont j’adoube les moyennes,
Je vous peine,
Niche singulièrement arithmétique,
Je t’aime,
Démarque onirique et datable,
Je t’alite,
Ô petit Lou,
Je t’aime, je t’aime, je t’aime.
 
____________________________________________________________________________________________  
 
UNE FRITEUSE FRIVOLE
FLAGORNE SANS FLATTERIE
LES FLAGEOLETS FRIGIDES
PAR UNE FLAMBOYANTE
FLATULENCE FLORALE.

 
______________________________________________________________________________ 
 
RiKiki
poème  rikiki à crier
 


Que le grand cri me croque  ….                      quand le grand croc me crique !
Et le grand RIK me croque !
Et le rik-iki me croque tout cru.
Croque  -  croque - croque-monsieur  -                  croque-madame -            croc-en-jambe…
Croque - Crocodile – croc-Odile  - croc Claudine - croc Pauline !
Croc   roc coco  -  coco   cocorico   COCO
                         Rococo  coco  - co! co
    Colin Maillard
                Coquin brouillard
                                       Quinquin bavard
                       Tintin buvard - Tintin !
Tintin titi !
       Rintintin,
             Titi quinquin, titi kiki
Rikiki
Guili guili
            Pili pili
PAN  zizi,  RIKIKI !
Vache qui rit,   RIKIKI !
Jean qui pleure, Jean qui rit,    RIKIKI !
                       C’est du céleri,   RIKIKI !
C’est à Paris,   RIKIKI !
                 Avec un bol de riz,   RIKIKI !
Rikiki et ripaille,
    Rikiki et riposte,
                Rikiki et rhinocéros ……..
Patapouf ou pataquès,
     Patacrêpe ou pataphysique,
Patafix ou Patagonie,
    Ni oui, ni non  pour un RIKIKI qui rit
Ri  - ri - ri -
    Rillettes et riz de veau,
Rigolo et rigodon,  dondon,
    Dont acte ! Qui dit !
Qui dit Méli-mélo
                          Dit mélo qui ? Mélo quoi ?
Méli qui ? Kiki - qui fait quoi ?
                                            Qui fait qui ?
                                                               Quand fait qui ?
Petit kiki qui rit. RIKIKI !
Qui proquo ?    Qui pro qui ?     Qui pro quoi ?      Qui pro quand ?
Alors,
        Qui rit qui ?
                         Qui rit quoi ?
                                           Qui rit quand ?
                                                                 Qui rit comment ?
         Qui rit où ?   est donc or ni car ?
Carrie   - car RIKIKI !
            Motus et bouche cousue,   lustucru !
Rukuku, cucu
Rakaka, caca, Rikiki, Rikita, jolie fleur de Java.
Rutabaga et ratafia
                     Rococo, coco et gros bobo
Gros bibi  et grand bi  rikiki
                     Et quand le grand cri me rik 
Rik et ki 
Ki, est qui ? kiki  - c’est du rikiki
Du rififi pour un rikiki infini
                     Et bien sûr,
Qui rikikira bien,
            Rikikira le dernier !
____________________________________________________________________________________________  


LA BOÎTE NOIRE
 
Acte 1
 
            Toute pétoire déclamatoire,
Court BOIRE à l’abattoir du Grand SOIR
                                   Et
S’en alla sans mémoire au coin du boudoir dérisoire,
                                   Pour revoir  dans le NOIR
La mâchoire jubilatoire de l’armoire hallucinatoire,
                                   Et se croire être le noir miroir encensoir…
                                   Face à la gloire épilatoire du plongeoir,
Quand la BOÎTE NOIRE,
            Sur sa poire balançoire,
                       Ira choir sans échappatoire giratoire,
                                   Avec un pourboire dérisoire,
                       Sur une trajectoire sans espoir
De NOIR EN BOÎTE.
 
 
 
Acte 2
 
TOUTE POIRE DÉCLAMATOIRE,
COURT S’ASSEOIR POUR BOIRE À LA BOUILLOIRE,
DE L’ABATTOIR DU GRAND SOIR.
 
AVEC LA MÉMOIRE MÉRITOIRE
DE L’ÉGOUTTOIR PURIFICATOIRE
LA BOÎTE NOIRE VA VOIR DANS LE BOUDOIR DÉRISOIRE
      POUR DÉCHOIR DANS LE NOIR
 PRÈS DE LA MÂCHOIRE JUBILATOIRE DE L’ARMOIRE HALLUCINATOIRE.
 
POUR SE CROIRE MIROIR ENCENSOIR, LA BOÎTE NOIRE
VA VOULOIR FAIRE FACE À LA GLOIRE DÉPILATOIRE DU PLONGEOIR
NAPPÉ DU PEIGNOIR SANS FERMOIR DE DÉPOTOIR.
 
SUR LA BALANÇOIRE À L’HISTOIRE D’ENTONNOIR, LA BOÎTE NOIRE
SANS ÉCHAPPATOIRE GIRATOIRE
IRA CHOIR DANS UN GRIMOIRE PÉREMPTOIRE
AVEC UN POURBOIRE PROVISOIRE
POUR UNE TRAJECTOIRE SANS ESPOIR
De boîte en noir.
(2011) 

_______________________________________________________________________________  

LA PARADE
 
 
Pour la parade annuelle du souvenir fallacieux,
Le courageux maréchal d’horlogerie faisandée,
Major de la 4e brigade avancée de sous-mariniers alpins,
Remplacera devant un public non averti
Les deux épaulettes de son uniforme officiel
Par une magnifique paire de pantoufles
À carreaux multicolores.
Ces accessoires dignement portés lors de la cérémonie
Seront du plus bel effet !

_____________________________________________________________________________________  
CHARIVARI
 
 
Soit une pince   …
une pantoufle   …..  un coquetier   … un  arrosoir  ….
un piston  ….. un grille-pain  ….. un rasoir  ….une porte-fenêtre  ….
une cloche ….. un radiateur  ….  une pantoufle    …. un abat-jour   ….
un sac à dos   ….  une carte routière   …. un ressort  ….. une cafetière  ….
 
De la poussière
 
La pince à linge a mordu la poussière
La poussière est devenue pantoufle
La pantoufle a envoûté le coquetier
Le coquetier est devenu piston
Le piston a insulté l’arrosoir
L’arrosoir a ouvert la porte-fenêtre
La porte-fenêtre s’est fermée sur la cloche
La cloche a siphonné le rasoir
Le rasoir a écrasé le vieux radiateur
Le vieux radiateur a avalé l’abat-jour
L’abat-jour a giflé le grille-pain
Le grille-pain s’est pris pour un sac à dos  
Le sac à dos est devenu une carte routière
La carte routière a doublé un ressort
Le ressort est ressorti par la cafetière
La cafetière s’est cachée sous le savon
Le savon a glissé sur une camionnette
La camionnette a déshabillé le confetti
Le confetti a cimenté la chandelle
La chandelle s’est retournée contre le rideau
Le rideau a anéanti le paillasson
Le paillasson a masqué la girouette
La girouette a chambré le cadenas
Le cadenas a anesthésié le tabouret
Le tabouret a étouffé la soupière
La soupière s’est endormie sur la gomme
La gomme a carbonisé le bonnet de bains
Le bonnet de bains est devenu lampadaire
Le lampadaire a absorbé le filtre à air
Le filtre à air a massacré la petite culotte
La petite culotte a crucifié le crayon-feutre
Le crayon-feutre a coulé le sécateur
Le sécateur a ligoté la citerne
La citerne a dupé la tasse en porcelaine
La tasse en porcelaine a torpillé la centrifugeuse
La centrifugeuse a brocardé l’écumoire
L’écumoire a irradié le tournevis
Le tournevis a débranché le matelas
Le matelas a tronçonné le compas
 Le compas a balancé la pipe
La pipe a carotté le filet à provisions
Le filet à provisions a dilapidé la plaque dentaire
La plaque dentaire a étranglé le saxophone
Le saxophone s’est étalé un coton-tige
Le coton-tige a absorbé le pot d’échappement
Le pot d’échappement a fracassé la pelle à tarte
La pelle à tarte a saigné l’éprouvette
L’éprouvette a jalousé la sandale
La sandale a imité le verre à pied
Le verre à pied a soulevé la bouée de sauvetage
La bouée de sauvetage a embroché la gaine d’aération
La gaine d’aération a bousillé la soupière
La soupière a envoûté le parasol publicitaire
Le parasol publicitaire a bousculé le barreau de la chaise
Le barreau de la chaise a aplati  la friteuse
La friteuse a liquéfié le peigne fin
Le peigne fin a  épongé le dé à coudre
Le dé à coudre a déchiré le pèse-bébé
Le pèse-bébé a dégarni la corne de brume
La corne de brume a stratifié le dictaphone
Le dictaphone a vandalisé la clé à molettes
La clé à molettes a digéré la rappe à fromages
La rappe à fromages a défenestré le calendrier périmé
Le calendrier périmé a plumé le couvercle rouillé
Le couvercle rouillé a noyé le couvre-lit invisible
Le couvre-lit invisible a pulvérisé la prise électrique aquatique
La prise électrique aquatique a effacé le gant de toilette
Le gant de toilette a asséché la manivelle enchantée
La manivelle enchantée a abusé du collier de fausses perles
Le collier de fausses perles a absorbé la lampe de poche
La lampe de poche a amputé le pot de colle blanche
Le pot de colle blanche a torsadé le discret tout-à-l’égout
Le discret tout-à-l’égout a ravagé la pédale de frein
La pédale de frein a embaumé la table des matières
La table des matières a entortillé le pneu crevé
Le pneu crevé a balayé le masque de plongée
Le masque de plongée a trucidé le chapeau pointu
Le chapeau pointu a essuyé le cure-dent en velours
Le cure-dent en velours a soufflé l’engrenage à denture droite
L’engrenage à denture droite a saccagé la paire de manches
La paire de manches a ballotté la branche de lunettes
La branche de lunettes est devenue gyrophare
Le gyrophare est devenu bobine de fils à retordre
La bobine de fils à retordre a écharpé le poignard sans lame
Le poignard sans lame a pulvérisé la gourde hydrophobe
La gourde hydrophobe a tiraillé la lanterne rouge
La lanterne rouge a roulé la cheville ouvrière
La cheville ouvrière a menti au revers de la médaille
Le revers de la médaille a décorné le chèque en bois
Le chèque en bois a chassé l’échelle des valeurs
L’échelle des valeurs a plié la chaussure de seconde main
La chaussure de seconde main a tordu les bretelles d’autoroute
Les bretelles d’autoroute ont trahi la pendule à deux vitesses
La pendule à deux vitesses a rivalisé avec la chaise à 3 places
La chaise à 3 places a englué la passoire à trou unique
La passoire à trou unique a renié la casquette sans visière
La casquette sans visière a brûlé la planche de salut
La planche de salut a saturé les ficelles du métier
Les ficelles du métier ont plagié la clé de l’énigme
La clé de l’énigme a soufflé le cadenas
Le cadenas a pourri la girouette
La girouette a pourri le paillasson
Le paillasson a pourri le rideau
Le rideau a pourri la chandelle
La chandelle a pourri le confetti
Le confetti a pourri la camionnette
La camionnette a pourri le savon
Le savon a pourri la cafetière
La cafetière a pourri le ressort
Le ressort a pourri la carte routière
La carte routière a pourri le sac à dos
Le sac à dos a pourri l’abat-jour
L’abat-jour a pourri la pantoufle
La pantoufle a pourri le radiateur
Le radiateur a pourri la cloche
La cloche a pourri la porte-fenêtre
La porte-fenêtre a pourri le rasoir
Le rasoir a pourri le grille-pain
Le grille-pain a pourri le piston
Le piston a pourri l’arrosoir
L’arrosoir a pourri le coquetier
Le coquetier a pourri la pantoufle
La pantoufle a pourri la pince à linge
La pince à linge a pourri la poussière
 Alors,
Tous pourris !

 
 
 (2019)
____________________________________________________________________________________ 

LA COULEUVRE AVALÉE
 
 
 
AU CAFÉ D’EN FACE,
UNE COULEUVRE
DE 57 CM ENGAGEA LA CONVERSATION
AVEC UN VERRE À PIED.
CECI INTRIGUA LE CLIENT
QUI LES
INTERPELLA D’UNE VOIX GRAVE.
FAUTE
D’UNE RÉPONSE HOMOLOGUÉE
DE LEUR PART,
ALORS
IL LES AVALA TOUS LES DEUX
EN SIFFLANT.
 
________________________________________________________________________________________   

LA GIRAFE

 
AU SORTIR
DE L’AUTOROUTE ORTHOCENTRÉE,
LA GIRAFE UNIJAMBISTE PRIT SA JAMBE
À SON COU POUR ALLER VENDRE
AU PIED LEVÉ DE LA POUDRE AUX YEUX À LA JUVÉNILE CAVALIÈRE QUI VENAIT D’ACHETER
UNE MAGNIFIQUE PEAU D’OURS COQUIN.
DÉÇU, LE GARDE BARRIÈRE AURAIT PRÉFÉRÉ ACQUÉRIR UN MIROIR AUX ALOUETTES ORNÉ D’AUTHENTIQUES FANFRELUCHES MULTIVITAMINÉES.
VEXÉE, LA GIRAFE RONGEA SON FREIN
ET COURAGEUSEMENT TIRA LA LANGUE
AU CHAT INCRÉDULE.
______________________________________________________________________________________  

Lecture dans le cadre de la soirée performative du 13 juin 2013 au 59 de le rue de Rivoli dont le thème-prétexte est la roue (allusion au centenaire de la roue de bicyclette de Marcel Duchamp).
L’introduction.
 
 
 
HISTOIRE DE ROUE

                                        Connaissez-vous l’histoire d’une roue rougeâtre ?
 
C’est l’histoire d’une roue rougeâtre qu’un roublard roux roula sur le routin d’une roulaison routinière encouragé par un roulant rouge-gorge rouillé qui roua une roucherolle rougeoyante par son roucoulement roussâtre et alla rondement roucouler sous une roulotte roumaine rougnotées pleine de rondeurs rougeottes et de roupies rouies par la rouille de la roulette roucoulée d’un roussin aux roustons rouilleux enclin à roupiller enrobé d’une roupille rousse dans la rouelle roulable  de la rougissure rougette après avoir déroulé, avec une petite rouanne roupieuse et un rouet rougeot, une roulade rougissante dans une ronde de rongeurs routards pour d’abord routailler à l’ombre des rouleaux de roucoyers roussis puis pour roufigner à pleine roulure dans les rouettes d’une rouche craignant la rougeole du rouget ou le rougillon de la rougette roulée à la roulière routière.
Comme une pièce de cinq roubles, la roue a roulé jusqu’au moment où le roublard aux rouflaquettes rousses me mit les bâtons dans la cinquième roue de mon carrosse afin de me rouler dans la farine ! Je fus roulé et resta sans voix et je fus enroué !
La roue ne roula plus et la seule chose qui resta à faire fut de la fixer sur un tabouret !

2012.

______________________________________________________________________________________  
 
ÊTRE OU NE PAS ÊTRE ICI !

 
Projet de lecture/ performance à partir de l’indication cartographique « VOUS ÊTES ICI ».
1 lecteur et participation du public.
 
Jeu de questions, posées par le ou le lecteur-perfomeur, et réponses données par le public autour de l’idée d’être ou de ne pas être dans le lieu indiqué.

 
La question :
« Êtes-vous à Vierzon ? »
La réponse du public :
« non ! »
Ce principe sera posé par autant de questions formulées.
Les questions (liées à la géographie) concerneront d’abord des villes précises de France, puis évoqueront progressivement des lieux connus dans l’imaginaire et diverses légendes  ainsi que des lieux-dits français totalement inventés.
 
La dernière question :
« Si vous n’êtes pas là bas, où êtes-vous ? »
Réponse attendue : « ICI ».
Le lecteur :  « VOUS ÊTES ICI ».
Le public peut reprendre
« NOUS SOMMES ICI ».
 
Cette affirmation finale peut être soutenue par un panneau présenté à ce moment avec l’inscription « VOUS ÊTES ICI ».
 
LISTE POSSIBLE DES QUESTIONS TOPOLOGIQUES
 
« Êtes-vous à Vierzon ? » - « NON »
« Êtes-vous à Brest ? » - « NON »
« Êtes-vous à Boulogne-sur-Mer ? » NON"
« Êtes-vous à Collioure ? » - « NON »
« Êtes-vous à Deauville ? »  - « NON »
« Êtes-vous à Clichy-la-Garenne ? »  - « NON »
« Êtes-vous à  Blois ? » - « NON »
« Êtes-vous à Mulhouse ? » - « NON »
« Êtes-vous à  Annecy? » - « NON »
« Êtes-vous à Caen ? » - « NON » - « NON »
« Êtes-vous à Paray-le-Monial ? » - « NON »
« Êtes-vous à Saint-Cyr-sur-Loire ? » - « NON »
« Êtes-vous à Valenciennes ? » - « NON »
« Êtes-vous à Fort-Mahon ? » - « NON »
« Êtes-vous à Béthune ? » - « NON »
« Êtes-vous au Mont Saint-Michel ? » - « NON »
« Êtes-vous à Brive-la-Gaillarde ? » - « NON »
« Êtes-vous à Saint-Jean-Pied de port ? » - « NON »
« Êtes-vous à Rocamadour ? » - « NON »
« Êtes-vous à la plage ? » - « NON »
« Êtes-vous à  Cahors? » - « NON »
« Êtes-vous sur le Mont Olympe ? » - « NON »
« Êtes-vous à Mimizan-plage ? » - « NON »
« Êtes-vous Au Paradis ? » - « NON »
« Êtes-vous dans l’Atlantide ? » - « NON »
« Êtes-vous à Beaupère-sur-Mer ? » - « NON »
« Êtes-vous à Concarneau ? - « NON »
« Êtes-vous à  contre-courant ? » - « NON »
« Êtes-vous au Diable-Vauvert ? » - « NON »
« Êtes-vous à Vouvray-sur-Vinasse ? « - « NON »
« Êtes-vous à Ménilmontant ? » - « NON »
« Êtes-vous à Beaupré-la-coquine ? » - « NON »
« Êtes-vous à Pétaouschock ? » - « NON »
« Êtes-vous à Bourg-la-Bourre ? - « NON »
« Êtes-vous à Villedieu-les-filles ? » - « NON »
« Êtes-vous à Montluçon-plage ? » - « NON »
« Êtes-vous dans le jardin des délices ? » - « NON »
« Êtes-vous à Meringue-le-Château ? » - « NON »
« Êtes-vous à La Raviole-sur-entonnoir ? - « NON »
« Êtes-vous à Cucugnan ? » - « NON »
« Êtes-vous à  Cucu-la-Praline? » - « NON »
« Êtes-vous à l’envers ? » - « NON »
« Êtes-vous au centre du monde ? »  - « NON »
« Êtes-vous à Saint-Croûte ? - « NON »
« Êtes-vous à Mont-de-Marsan ? » - « NON »
« Êtes-vous au 36e dessous ? »  - « NON »
« Êtes-vous sur votre 31 ? » - « NON »
« Êtes-vous dans de beaux draps ? » - « NON »
« Êtes-vous à Sainte-Marie-l’alcoolique ? » - « NON »
« Êtes-vous dans la lune ? » - « NON »
« Êtes-vous à l’heure ? »  - « NON »
« Êtes-vous dans la Babylone céleste ? » - « NON »
« Êtes-vous à Sainte-Honorine l’exaltée ? » - « NON »
« Êtes-vous à Fleur-la-Poilue ? » - « NON »
« Êtes-vous à Couchouvile-sur-Drap ? » - « NON »
« Êtes-vous dans l’Eldorado ? » - « NON »
« Êtes-vous à Biteville-sur-le-Trou ? » - « NON »
« Êtes-vous à Sartrouville ? » - « NON »
« Êtes-vous dans un trou perdu ? »  - « NON »
« Êtes-vous au fond du trou ? »  - « NON »
« Êtes-vous à Saint-Pierre sur le trou ? » - « NON »
« Êtes-vous à  Rebrousse-poil ? »  - « NON »
« Êtes-vous à Crayon-les-Mines ? » - « NON »
« Êtes-vous dans la panade ? » - « NON »
« Êtes-vous à S          aint-Piolet-sur-Creuse ? » - « NON »
« Êtes-vous dans votre assiette ? » - « NON »
« Êtes-vous à  l’Ouest ? »  - « NON »
« Êtes-vous à  table ? » - « NON »
« Êtes-vous à Saint-Pierre-des-Corps ? » - « NON »
« Êtes-vous à Braguetteville ? » - « NON »
« Êtes-vous à Bassecour-le-haut ? » - « NON »
« Êtes-vous à Bourgneuf-le-vieil  ? » - « NON »
« Êtes-vous à Saint-Prout-la-Coulée verte ? - « NON »
« Êtes-vous à Saint-Chat sur souris ? - « NON »
« Êtes-vous à Loos-en-Gohelle ? » - « NON »
« Êtes-vous à Saint-Pierre l’adhésif ? » - « NON »
« Êtes-vous à Guebwiller ? » - « NON »
« Êtes-vous à Ploucville-sur-Mer ? » - « NON »
« Êtes-vous à Pantacour-sur-Chaussure ? » - « NON »
« Êtes-vous au Puy-sur-Chaussette ? » - « NON »
« Êtes-vous à  votre place ? » - « NON »
« Êtes-vous là-bas ? » - « NON »
« Êtes-vous perdu  ? » - « NON »
« Êtes-vous à Pissoire-sur-Couac ? » - « NON »
 
final :
« Si vous n’êtes pas là bas, où êtes-vous ? »
Réponse attendue : « ICI ».
« VOUS ÊTES ICI ».
Le public peut reprendre
« NOUS SOMMES ICI ».
 
Panneau texte. « VOUS ÊTES ICI »


FIN
____________________________________________________________________________________